Compléments alimentaires à base de mélatonine : la DGCCRF veille…

Compléments alimentaires à base de mélatonine : la DGCCRF veille…

Pour mieux dormir, de nombreux consommateurs prennent des compléments alimentaires à base de mélatonine. La commercialisation de ce type de produit fait toutefois l’objet d’un encadrement juridique très strict, dont le respect a été contrôlé par la DGCCRF. Verdict ?

Compléments alimentaires à base de mélatonine : la DGCCRF tire la sonnette d’alarme !

Pour rappel, la mélatonine est une hormone sécrétée naturellement pendant la nuit qui favorise l’endormissement. Pour améliorer la qualité de leur sommeil, certains consommateurs achètent donc des compléments alimentaires à base de mélatonine.

Leur commercialisation est strictement encadrée, notamment au regard de l’obligation d’information des consommateurs. C’est pourquoi, pour aider les professionnels du secteur à y voir clair, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié des recommandations en 2018.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mené une enquête en 2021 sur l’appropriation de ces recommandations par les professionnels en matière d’étiquetage des produits. Elle a également vérifié les teneurs en mélatonine annoncées ainsi que les allégations de santé utilisées au moment de la vente.

Le résultat de cette enquête est positif… et négatif à la fois !

Ce qui est positif, c’est que la teneur en mélatonine des produits est conforme à ce que l’Anses recommande ainsi qu’avec l’étiquette apposée sur le produit.

En revanche, le reste de l’enquête est négatif : elle relève, en effet, que bien souvent, le consommateur n’est pas correctement informé sur la dose de mélatonine nécessaire pour obtenir l’effet annoncé.

En outre, certaines mentions relevées sont même en contradiction avec les recommandations de l’Anses.

Au vu des résultats de cette enquête, la DGCCRF appelle les consommateurs à la vigilance et leur conseille de demander l’avis d’un professionnel de santé avant d’utiliser un complément alimentaire à base de mélatonine.

Pour terminer, retenez que l’avis de l’Anses publié en 2018 recommande :

de déconseiller la consommation de complément alimentaire à base de mélatonine aux personnes sensibles souffrant notamment de maladies inflammatoires ou auto-immunes, aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants et aux adolescents, aux personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue et pouvant poser un problème de sécurité en cas de somnolence ;de soumettre cette consommation à un avis médical pour les personnes épileptiques, les personnes asthmatiques, les personnes souffrant de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité et les personnes sous traitement médicamenteux ;de limiter la prise de mélatonine à un usage ponctuel ;de privilégier les formulations simples n’associant pas la mélatonine à d’autres ingrédients ;de ne pas dépasser la dose de 2 mg par jour de mélatonine.

Source : Actualité de economie.gouv.fr du 15 novembre 2022 : « Compléments alimentaires à base mélatonine »

Compléments alimentaires à base de mélatonine : la DGCCRF veille… © Copyright WebLex – 2022



Generated by Feedzy