Loi pouvoir d’achat : du nouveau concernant la résiliation de certains contrats

Loi pouvoir d’achat : du nouveau concernant la résiliation de certains contrats

Dans un contexte d’inflation, le constat selon lequel le consommateur doit avoir la possibilité de gérer plus facilement les contrats auxquels il adhère s’impose. C’est pourquoi une nouvelle procédure de résiliation à distance des contrats devrait voir le jour, au plus tard le 1er juin 2023… mais pas seulement…

Une possibilité de résiliation à distance élargie…

À compter d’une date fixée par décret (et au plus tard le 1er juin 2023), il est prévu que lorsqu’un contrat est conclu par voie électronique, sa résiliation par le consommateur sera rendue possible selon cette même modalité.

Dans ce cadre, il est prévu que le professionnel garantisse au consommateur un accès gratuit, facile, direct et permanent à une fonctionnalité dédiée.

Ce mode de résiliation (par voie électronique) sera également possible si le contrat n’a pas été conclu de cette façon à l’époque, mais que cette faculté de souscription par voie électronique existe au jour de la demande de résiliation.

Lorsque le consommateur notifiera sa résiliation de contrat au professionnel, ce dernier devra lui confirmer qu’il a reçu sa demande et l’informer, sur un support durable et dans des délais raisonnables sans retard injustifié, de la date à laquelle le contrat prendra fin et des effets de la résiliation.

Notez que tout professionnel qui manquera à ces obligations sera passible d’une amende d’un montant maximum de :

15 000 € pour une personne physique ;75 000 € pour une personne morale (entreprise, société, etc.).

… également pour les contrats d’assurance

Des dispositions similaires sont prévues dans le domaine des assurances.

Plus précisément, la règlementation prévoit désormais que pour les contrats d’assurance souscrits par voie électronique couvrant les particuliers en dehors de leurs activités professionnelles, la résiliation par voie électronique, par l’intermédiaire d’une fonctionnalité dédiée, est désormais possible.

Cette nouveauté s’applique :

aux contrats d’assurance de dommages et d’assurance de personnes relevant du Code des assurances ;aux contrats de mutuelle relevant du Code de la mutualité ;aux contrats de prévoyance souscrits dans le cadre d’opérations collectives à adhésion obligatoire et facultative ou d’opérations individuelles relevant du Code de la sécurité sociale.

Là encore, il est prévu que ces dispositions entreront en vigueur à une date fixée par décret et au plus tard le 1er juin 2023. Elles s’appliqueront aux contrats en cours d’exécution à la même date.

Contrats d’abonnements téléphoniques et internet : moins de frais en cas de résiliation anticipée

Pour rappel, lorsqu’un contrat d’abonnement à internet ou téléphonique prévoit une durée minimale d’engagement supérieure à 1 an, le consommateur peut y mettre fin par anticipation à compter de la 1re année.

Ainsi, lorsqu’un consommateur est par exemple engagé pour 2 ans et qu’il résilie par anticipation, il doit payer entièrement les mois d’abonnement jusqu’au 12e mois et doit ensuite régler 25 % du tarif mensuel pour les mois suivants, jusqu’au 24e mois.

Désormais, les frais de résiliation sont fixés à 20 % après la première année (au lieu de 25 %) pour les offres permettant aux consommateurs de bénéficier de la vente d’un terminal subventionné (smartphone par exemple).

Quant aux contrats qui ne permettent pas l’achat d’un terminal subventionné, ils peuvent être résiliés par anticipation sans avoir à s’acquitter des mensualités restantes dues au titre de la période minimale d’exécution du contrat, si la résiliation intervient après la 1re année d’engagement.

Enfin, notez que les personnes en situation de surendettement pourront résilier leur contrat d’accès à internet ou mobile par anticipation, sans indemnité, dans des conditions qui seront fixées ultérieurement par décret.

Toutes ces nouveautés ne s’appliquent qu’aux contrats conclus à compter du 1er janvier 2023, sauf exception.

Contrats de fourniture de services de télévision et de médias à la demande : la résiliation facilitée

Pour mémoire, un abonné ne peut mettre fin à son contrat de fourniture de services de télévision et de médias à la demande (par exemple Netflix ou Disney+) qu’à la date anniversaire du contrat. Ces contrats sont, en effet, par principe, conclus pour une durée déterminée et se reconduisent tacitement, faute de réaction de l’abonné après que le fournisseur l’a prévenu de sa reconduction à venir.

Désormais, un abonné peut mettre fin à ce type de contrat à tout moment, à compter de la 1re reconduction, dès lors qu’il change de domicile ou que son foyer fiscal évolue.

Contrats d’assurance affinitaire : un délai de rétractation allongé

Les assurances affinitaires sont les assurances vendues en complément d’un bien ou d’un service. Malgré une part de marché très faible, ces assurances représentent environ 20 % des saisines du médiateur de l’assurance.

Pour mieux protéger les consommateurs, le délai de rétractation d’un contrat d’assurance affinitaire passe de 14 à 30 jours à compter du 1er janvier 2023.

Ce délai de 30 jours ne court qu’à compter du paiement de la première prime, et il n’est plus nécessaire de prouver la détention d’une assurance faisant doublon pour pouvoir bénéficier de cette possibilité de rétractation.

Source : Loi no 2022-1158 du 16 août 2022 portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat (articles 15 à 19)

Loi pouvoir d’achat : du nouveau concernant la résiliation de certains contrats © Copyright WebLex – 2022



Generated by Feedzy