Reconnaissance des accidents du travail ou maladie professionnelle : une question de temps